#67 POURQUOI LE MAL EXISTE ? – ENCYCLOPÉDIE DU BONHEUR

E

Retranscription littérale :
 » Pourquoi le mal existe ? Et pourquoi faut-il lui faire changer de fusil d’épaule plutôt que de chercher à l’anéantir ? Par le Grand Rassemblement.
Cet article se veut plutôt argumentaire et bref qu’autre chose alors je ne vais pas chercher à m’étendre sur des preuves de mon argumentation, mais plutôt à donner le point de vue du Grand Rassemblement sur le mal. Cet article se veut également une introduction sur le prochain livre du Grand Rassemblement intitulé La Société du Bonheur dont nous recherchons par ailleurs toujours un éditeur.
Quand on se demande pourquoi le mal existe, il faut déjà se demander qu’est-ce que le mal exactement ? Or, qui est-il ?
Et voici la définition du mal humain que nous donnerons : pour nous, le mal n’est rien d’autre qu’un groupe de comportements, de discours et d’attitudes à l’initiative d’un ou de plusieurs individus et qui n’a bien souvent pour conséquence qu’une dégradation physique, morale, mentale et/ou psychologique d’un ou de plusieurs individus, ou animaux ou environnements naturels.
Si notre définition est claire, je voudrais maintenant donner ce qui est pour nous l’origine du mal dans 99% des cas.
Le mal est, dans 99% des cas, commis par une recherche de deux seules choses dans l’Univers. Autrement dit, si nous arrivons à “éliminer cette envie pour ces deux seules choses, nous arriverons en quelque sorte à éradiquer le mal de la surface de la planète, du moins dans 99% des cas. Or, si l’être humain n’est jamais arrivé à le faire jusqu’à présent, c’est peut-être à cause d’une des deux origines théoriques que je vais vous donner.
  • La première c’est que, si le mal a “toujours existé”, c’est qu’il est peut-être immortel et inhérent à toute société humaine. Mais le problème c’est que les plus grands historiens et anthropologues n’ont cessé de constater une variation de la quantité et de la qualité du mal suivant les périodes et l’espace. Et, s’il n’est pas régulier suivant l’Histoire et suivant les cultures et les civilisations, et si dans quelques ethnies, il n’existe quasiment pas, alors nous ne pouvons pas approuver que le mal est une donnée incompressible.
  • La deuxième origine que nous pourrons lui donner, c’est que le mal est bien et bien éradicable, mais qu’aucun humain ou groupe d’humains n’a jusqu’à présent été capable de trouver comment y mettre fin. Ce qui est bien étrange d’ailleurs, car cela fait des milliers d’années que l’espèce humaine domine et cela fait également des milliers d’années que des “humanistes” ou “prophètes” ou des mouvements citoyens essayent d’y mettre fin. Manifestement, ils n’y sont jamais arrivés : la stratégie est bien sûr mauvaise, car elle est toujours la même. Et nous pensons vraiment que c’est bien pour cette raison que le mal existe toujours.
Bien sûr, vous voyez déjà ou je veux en venir. De quelle stratégie suis en train de parler et alors, quelle est la bonne stratégie à adopter ?
C’est là où je vous réponds enfin à la question : quelle est l’origine du mal ?
Elle est simple, pour connaître son origine, il faut connaître prendre conscience de deux concepts fondamentaux qui sont… :
  • La recherche de toujours plus d’argent
  • La recherche de toujours plus de pouvoir
Vous pourrez réfléchir et encore réfléchir, vous vous rendrez compte que, dans presque tous les cas, le mal existe, car des individus sont tellement à la recherche de ces deux “concepts” qu’ils finissent toujours par heurter, c’est le moins qu’on puisse dire, d’autres individus, si ce n’est pas eux…
Et je crois bien que tous les humanistes, révolutionnaires ont échoué parce qu’ils n’ont jamais compris comment sortir de ces concepts.
Je m’explique : leur stratégie a toujours été de combattre ces concepts et les personnes que cela représente, mais ces concepts sont tout simplement immortels. En fin de compte, ce n’est pas le mal qui est immortel, ce sont les concepts du mal qui sont immortels. Et, en pensant que vous pouvez mettre à terre ces concepts du mal, vous pourrez passer toute votre vie à essayer d’y mettre fin, ce sera complètement inutile. C’est pour cette raison que tant d’individus depuis des millénaires n’y sont jamais arrivés : ils ont passé 100% de leur temps à terrasser des concepts immortels, ancrés dans la nature humaine, la génétique, l’ADN humain.
Et il faut bien comprendre une chose, et je fais ici un appel à tous les citoyens révolutionnaires et qui souhaitent un autre monde : cessez donc de combattre ces concepts. Cela est complètement vain. Vous n’y arriverez jamais, pas plus que des gens qui avaient accompli beaucoup plus de choses avant vous et qui avaient bien plus de moyens et de richesses que vous. Vous pensez donc que, en gardant la même stratégie, vous arriverez à réussir là ou des millions de personnes avant vous ont échoué sur des milliers d’années ? Hum… Vous perdrez votre temps et ferez perdre le temps à des millions d’autres gens que vous.
Quelle est donc la stratégie ? Quelle est la trouvaille du Grand Rassemblement ?
La stratégie à adopter est que si les concepts de pouvoir et d’argent sont immortels, il faut tout simplement les apprivoiser pour pouvoir changer la perspective de ses hommes forts.
Qu’est-ce que changer la perspective ? Changer la perspective c’est arriver à faire comprendre à ces hommes forts qu’ils peuvent penser différemment la richesse et le pouvoir et qu’ils peuvent l’utiliser à bon escient plutôt que contre. D’utiliser ces concepts pour le bien de tous plutôt que seulement pour leur propre bien à eux.
Comment faire ? Comment réussir là où tant d’autres ont échoué ?
Il faut simplement arriver à leur faire comprendre qu’ils trouveront un plus grand intérêt s’ils utilisaient autrement leur argent et leur pouvoir.
Mais comment ?!
C’est là qu’intervient un troisième concept fondamental : le bonheur.
Le but de TOUT individu sur Terre est d’être heureux. Vous pourrez chercher toute votre vie, mais la réponse est aussi simple que celle que je viens de citer.
Voilà la clef. Vous savez enfin pourquoi le mal existe sur Terre.
Le mal existe sur Terre, tout simplement, parce que les hommes ou femmes forts depuis le début de l’humanité ont toujours cru, que pour être plus heureux, il est nécessaire d’accumuler encore plus d’argent et plus de pouvoir. Détrompez-vous, l’accumulation des richesses par un petit groupe d’hommes ne date pas du XIXe siècle, siècle du capitalisme, mais il existe depuis toujours pour un petit groupe d’individus. Or, ces concepts amènent parfois à des choses males. Voilà l’origine du mal.
Vous l’avez peut-être déjà deviné, mais c’est SEULEMENT en modifiant les pensées limitantes de ces hommes et femmes forts qu’ils changeront alors de comportements et d’attitudes pouvant heurter d’autres individus.
Mais ils ne changeront pas tout seuls ces pensées limitantes, ils sont humains après tout, ils marcheront seulement par calculs et par intérêts.
Qu’est-ce qui pourrait donc les faire changer de comportements ?
Il faut tout simplement s’appuyer sur le 3e concept. Il faut arriver à leur donner plus de bonheur qu’ils n’en auraient en accumulant moins ou différemment les richesses et l’argent.
Comment ?
Il faut leur prouver qu’un bien plus grand bonheur est possible que par l’argent ou par le pouvoir. Ce bonheur, par exemple, comme certains le savent, se trouvent bien plus… en nous, qu’en les autres et que dans les choses que nous pouvons acheter.
Or, pour arriver à argumenter et à toucher et à faire prendre conscience aux élites qu’elles peuvent être bien plus heureuses en changeant de comportements et d’attitudes, il faudra d’abord pour y arriver négocier avec elle, donc leur parler, plutôt que naïvement chercher à les éteindre : chose complètement irréalisable et tellement irréaliste que JAMAIS personne n’y est arrivé depuis 50 000 ans.
Et il est évident que nous aurons en amont besoin d’un socle sur lequel nous appuyer pour arriver à convaincre ces élites, à toucher ces élites droit au cœur ! Et ce socle pourrait être parfaitement représenté par l’Encyclopédie du Bonheur ou ∑ dont nous sommes actuellement 21 contributeurs à travailler dessus de par le monde. À ce jour, 136 méthodes et clefs ont été découvertes pour faire de ce monde un univers qui a toujours été rêvé, mais qui n’a jamais été concrétisé, faute de stratégie.
Une fois que les élites auront pleinement pris conscience de ces concepts, alors tous les combats, toutes les luttes et tous les révolutionnaires cesseront leurs activités faute d’un monde enfin devenu libéré et rassemblé.
Si vous avez été touché ou convaincu par cette argumentation ou si vous êtes curieux de ce projet d’Encyclopédie, vous êtes plus que les bienvenu(e)s. Contact sur la page facebook du Grand Rassemblement ou par email à grlegrandrassemblement@gmail.com
Merci du fond du cœur pour cette attention.
L’équipe du Grand Rassemblement et de l’Encyclopédie du Bonheur. »

Qui ne sait tirer les leçons de 3000 ans d’histoire ne fait que vivre au jour le jour. JOSTEIN GAARDER
La folie, c’est de refaire toujours la même chose, et s’attendre à ce que les résultats soient différents. ALBERT EINSTEIN

SITE OFFICIEL DE L’ENCYCLOPÉDIE DU BONHEUR
Publicités

#65 GR : APPEL A PARTICIPANTS L’ENCYCLOPEDIE DU BONHEUR – LE GRAND RASSEMBLEMENT

 

« Appel à participants pour la grande encyclopédie du bonheur

En ce jour du vendredi 5 mai 2017, le think tank du Grand Rassemblement lance un appel solidaire à tous les citoyens sensibles à la cause humaine.

À tous ceux qui souhaitent un changement profond et humaniste de nos sociétés, vous êtes toutes et tous les bienvenus.

En quelques mois d’existence, nous sommes parvenus à déceler 107 clefs du bonheur, mais pensons qu’il en existe encore plein d’autres.

Si vous aussi, êtes d’accord sur le fait que le bonheur doit faire partie intégrante de nos modes de vie et que l’argent et le pouvoir peuvent parfois nous détourner de notre raison de vivre, alors vous êtes fait pour participer à la construction du monde de demain.

Tel que fut conçue l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert il y a 250 ans, le Grand Rassemblement cherche à coordonner l’écriture d’un ouvrage que nous appelons l’Encyclopédie du Bonheur.

Cette Encyclopédie se veut un ouvrage collectif et à visée universelle sans aucune distinction. Tout le monde a la possibilité de participer à son écriture, quels que soient ses compétences, ses passions, sa personnalité, son âge et son sexe, tant que sa pensée est à visée humaniste, non discriminante, universelle et remplie d’amour pour son prochain.

Nous sommes arrivés, après plusieurs années de recherche a constaté que le but et la raison de vivre de l’être humain, est d’être heureux, de vivre heureux et de se sentir heureux. Et, comme la notion de bonheur est une notion subjective et intime, nous souhaitons recouper la vision et les sentiments de chacun quant au bonheur pour que tous, nous puissions trouver les clefs d’un bonheur qui pourrait être universel et absolu. Car nous sommes absolument convaincus de son existence prochaine.

Si vous aussi, avez envie de travailler à la conception d’une telle encyclopédie, si vous aussi pensez que le bonheur est notre raison de vivre sur Terre, si vous aussi vous êtes humanistes et pensez autant à vous qu’à votre prochain, alors cette mission est faite pour vous.

Aujourd’hui, grâce à internet et à notre savoir quasi infini, le monde de demain est proche, très proche. Nous ne savons pas encore utiliser notre savoir et notre technologie pour faire de ce monde un Paradis, mais il est évident que, plus les années passent, plus l’énergie qui relie tous les êtres humains se veut de plus en plus forte, sensible et humaniste. Dans les prochaines années, nous allons vivre un véritable changement et un réel bouleversement. Si l’humanité a souvent vécu dans le conflit, la guerre et dans le mal-être, il est évident qu’elle est prête, plus que jamais, à se remettre en question et à changer d’état d’esprit.

Quoi qu’on en dise, l’être humain ne souhaite pas haïr, il ne souhaite pas être méchant, il ne souhaite pas être en conflit, il ne souhaite pas être seul, il ne souhaite pas être raciste, il ne souhaite pas être opposé, il ne souhaite pas divorcer, l’être humain souhaite avant tout être heureux. L’être humain souhaite avant tout vivre dans un monde de paix, d’apaisement et de réconciliation. C’est ce que nous recherchons tous, mais, pas par peur ou par intérêt, nous nous détournons souvent du droit chemin. Seulement, il est évident que ce qui nous divise actuellement nous rend malheureux. Mais ce qui est clair également, c’est qu’il suffit à l’humanité de prendre conscience que notre division actuelle est négative pour que nous agissions afin de construire un monde rassemblé, uni et de convergence : véritable socle de départ pour faire entrer notre société dans une toute nouvelle dimension.

Toute l’humanité a vécu dans un malaise intergénérationnel, mais aujourd’hui les mouvements citoyens et les humanistes ont trouvé les clefs pour faire passer l’humanité d’un monde opposé à un monde apaisé, d’un monde de malheurs à un monde de bonheur. D’un monde de conflits à un monde de paix. D’un monde de peur à un monde de joie. D’un monde de doute à un monde de certitude : celle d’enfin connaître et reconnaître que l’humanité n’est pas née pour se déchirer, mais pour s’aimer et s’adorer.

L’humanité a vécu une enfance et une adolescence douloureuse pendant ces dizaines de milliers d’années, mais elle est, enfin, arrivée à maturité. Il ne fait plus aucun doute qu’elle a compris le sens de son existence : être en harmonie avec la terre tout entière et son univers.

Bien sûr, tout le monde a le droit d’avoir son point de vue, et quel qu’il soit, le Grand Rassemblement le respectera, car le respect fait partie des plus grandes valeurs de l’humanité. Ainsi, vous êtes tout à fait dans votre droit de ne pas adhérer aux propos du Grand Rassemblement.

Mais pour tout ce qui le souhaite, si vous êtes d’accord et sensible à cette vision de l’humanité, et ce, quels que soient votre pouvoir, votre richesse et votre personne ; vous êtes plus que les bienvenus à participer à l’écriture de l’ouvrage collectif et universel de l’Encyclopédie du Bonheur pour que nous trouvions, enfin, la solution et la raison de notre existence et que nous puissions tous vivre dans le bonheur.

Le bonheur n’est pas un simple refrain, c’est le monde de demain.

Et, tous ensemble, tout est possible.

Humanistement

Le Grand Rassemblement »

CONTACT : GRLEGRANDRASSEMBLEMENT@GMAIL.COM

#63 Avec les mots, faisons tomber les maux. Avec les mots, faisons tomber l’ego !

Au fur et à mesure de mes expériences et de mes conversations, je m’aperçois finalement que tout se réglera par les mots.

Que l’on veuille ou non, les mots ont une vertu et une possibilité infinie.

La parole est magique… et les bons mots ouvrent les portes de l’insoupçonné… et de l’insoupçonnable.

Bien plus convaincant que le sexe, bien moins meurtrier que la guerre ou que les crimes en tout genre, avec les mots nous pouvons régler tous les problèmes de l’humanité en douceur, en paix et avec la plus grande sincérité et la plus grande générosité possible.

Vous voulez régler des maux ? Utilisez des mots !

Mais, bien plus que tout cela, il nous faudra utiliser les bons mots pour éviter les maux de l’ego.

L’ego est véritablement la plus grande faiblesse de l’espèce humaine et fait de l’humain un être extrêmement faible, inégalitaire, injuste et criminel.

L’ego est la source de tous les maux.

L’ego est même l’origine de l’inaction des hommes de bien. Et, quand elle est à l’origine du mal selon Edmund Burke, il y a du souci à se faire.

L’ego est tout et rien à la fois.

L’ego est l’alpha et l’oméga.

L’ego est l’histoire humaine après tout.

Et l’ego est manifestement ce qui a empêché les êtres bons de répandre leur message de paix, de respect, de justice et de tolérance sur Terre.

Si vous voulez régler les problèmes de société, attaquez-vous à l’ego.

Si vous voulez régler les problèmes de l’humanité, attaquez-vous à l’ego.

L’ego est la source du mal.

Si nous ne prenons pas en compte la menace de l’ego, alors la société continuera à se perdre comme elle l’a toujours fait.

Vous remarquerez également que les périodes les plus prospères de l’humanité auront toujours été les périodes dont les ego et l’individualisme auront été les plus mis à mal.

Chargez-vous de l’ego et vous réglerez tous les maux.

Mais comment s’attaquer à l’ego ?

Une seule solution : les mots.

Réglez les maux de l’ego par les mots reste l’unique et seule solution.

C’est une solution simple, pourtant peu d’experts ont osé s’aventurer jusque-là.

Pourquoi me demanderez-vous ? Certainement parce que la plupart des experts ne sont pas arrivés à canaliser l’adrénaline et l’attirance que procurent le pouvoir et l’argent.

Pourtant, à quoi peut-on donc opposer le pouvoir et l’argent ? Quelle est l’arme ultime avec laquelle s’opposer au pouvoir et à l’argent ?

Il n’y en a qu’une seule en réalité : le bonheur.

En réalité, les hommes de pouvoir et d’argent font un immense amalgame. Sans vouloir trop les critiquer, ils pensent néanmoins que le pouvoir et l’argent feront d’eux les hommes les plus heureux du monde.

Mais c’est faux, complètement faux. Le bonheur vient d’une tout autre source, beaucoup plus profonde, beaucoup plus intérieure et beaucoup plus intime. Le bonheur vient de soi-même.

Alors, bien sûr, il ne s’agit pas d’empêcher tous les efforts et tout l’acharnement de certaines élites qui font, grâce à la tentation avide du pouvoir et de l’argent, avancer la société d’une manière ou d’une autre.

Il s’agit avant tout de leur faire comprendre qu’eux et la société entière, l’humanité tout entière peut être plus heureuse si on laisse de côté notre ego. Si on laisse de côté notre recherche effrénée de l’argent et du pouvoir.

On n’a de cesse de dire que nous n’emporterons jamais nos milliards au Paradis, mais, cela, les élites ont du mal à l’intérioriser. Comme si, elles se sentaient complètement nues et dépossédées si on leur enlevait tout leur argent et leur pouvoir. Un peu comme si elles étaient rentrées dans le cercle vicieux de l’argent. Vous savez, celui du : je gagne un milliard de plus, je ne suis pas plus heureux. Mais si je perds un milliard, je suis plus malheureux. Et cela marche aussi avec le pouvoir. Plus de pouvoir ne nous rend pas forcément plus heureux, mais enlevez du pouvoir à quelqu’un qui en a déjà et vous verrez combien il tombera en larmes…

Quel malheur… et quel malheur qu’il soit la source de tous les maux dans nos sociétés.

Comment échapper à ces maux alors ? Comment échapper à ce cercle vicieux ? Et comment sauver une bonne fois pour toutes le destin de l’humanité ?

Par les mots. Seuls les mots régleront les maux de l’humanité.

Le problème c’est que nous sommes une quantité presque infinie d’experts, de philosophes, d’humanistes, de sociologues, de psychologues, de psychiatres, d’humanistes, d’idéalistes, d’utopistes, mais que nous sommes tous divisés.

Nous sommes trop divisés pour changer la constitution de l’humanité. Car c’est bien de cela qu’il s’agit. Ce n’est pas la constitution de la République qu’il faut réformer. C’est la constitution de l’humanité tout entière.

Et, si vous souhaitez que les gens soient plus heureux, il faut changer la constitution de l’humanité par les mots.

À condition de ne pas être divisés. Et à condition qu’une fois réunis, une guerre d’ego ne fasse pas rage dans le rang des humanistes et des progressistes.

Vous savez, beaucoup de spécialistes donnent peu cher de l’humanité, car ils pensent que l’ego et l’individualisme seront toujours inscrits dans les statuts principaux de la constitution de l’humanité, l’ego et l’individualisme étant selon eux deux des constituantes principales des gènes de l’humanité.

Mais je ne suis pas d’accord…. Je pense au contraire que la constitution est déterminée non par les gènes, mais par l’éducation et la négociation.

Dans l’histoire et mon expérience, j’ai vu bien des problèmes se régler par de simples négociations. Il n’y a qu’à demander à tous les animateurs et éducateurs du monde entier dont la négociation est le métier principal.

Attention, je ne dis pas que tout sera facile. Je ne dis pas non plus que nous arriverons à contrer les maux de l’ego très rapidement. Cela est complexe certes, cela est peut-être aussi compliqué, mais ce n’est pas impossible.

Et puis, après tout, Rome ne s’est pas faite en un jour.

Tous ensemble… tout est possible.

Adrien Jean Marquez-Velasco du Grand Rassemblement

#60 SE RASSEMBLER POUR MIEUX RÉGNER

Nous nous apercevrons rapidement, d’ici quatre mois seulement, du nouveau visage politique français pour les cinq prochaines années. Mais ce qui est sûr, c’est que nous allons, encore, être déçus. Déçu parce que le nouvel homme fort élu en 2017 ne va de toute évidence pas combler les attentes de tout un peuple. Déçu parce que les nouveaux députés en 2017 ressembleront pour beaucoup aux précédents députés.

Et, fin juin 2017, il faudra faire un constat, un constat douloureux, mais essentiel et vital pour notre futur. Et quel sera ce constat ? : Un échec total et cuisant de la démocratie, de la République et de tous les mouvements et associations alternatifs qui œuvrent pour un monde meilleur.

Car, ne nous voilons pas la face mes chers amis, en l’état actuel, il est impossible que la France se relève avec un tel visage politique français. Il est malheureusement et sensiblement le même que depuis une quinzaine d’années déjà : macabre. Je dirais même plus depuis que la naissance officielle de ces grands mouvements dans les années 1970 de crise.

Mais ce constat cruel n’est pas simplement une épine dans le cœur, il est surtout le moyen pour nous, citoyen, de nous remettre en question et d’adopter, dès à présent, une toute nouvelle stratégie pour les 5 années à venir.

Il faut repenser la politique, il faut repenser l’associatif, il faut repenser le mouvement alternatif, en bref : il faut tout repenser.

Et vous allez me demander : repenser comment ?

La stratégie à adopter est simple : IL FAUT S’UNIR. IL FAUT SE RASSEMBLER.

Parce que les élites dominantes ont très bien compris qu’il suffisait de nous laisser nous diviser pour mieux régner, elles n’ont absolument rien à craindre de nous. Car, tant que nous demeurons divisés et éloignés, nous ne serons jamais une menace. Tant que nous serons divisés, il nous sera impossible d’établir LE RAPPORT DE FORCE essentiel, nécessaire et suffisant pour faire face à de telles élites.

Attention, je ne dis pas que cela va être facile. Il faudra en premier lieu, au lieu de cracher sur nos ennemis, de respecter nos ennemis. Et c’est seulement en respectant nos ennemis que nous gagnerons leur respect et que le rapport de force pourra commencer à s’inverser. Ça, c’est la première étape.

La deuxième étape donc consistera à tous nous réunir autour des mêmes principes et valeurs. Je sais, j’entends de suite parmi les personnes qui m’entourent, que jamais nous n’arriverons à une telle démarche. Pourtant mes amis, j’ai envie de vous dire deux choses à ce sujet. La première est que rien n’est impossible, et que finalement ceux qui échouent sont seulement ceux qui abandonnent avoir d’avoir réussi. La deuxième chose mes chers amis, c’est que si nous ne faisons pas l’effort de nous unir, alors nous pourrons crier de toutes nos forces et tous séparément, seul, isolé, nous n’y arriverons jamais.

Et puis, comment voulez-vous donner de la crédibilité au mouvement alternatif si celui-ci est éparpillé en une multitude de mouvements et d’associations tous, excusez-moi des termes, tous les plus individualistes et égocentrés les uns que les autres. Mes amis, chers citoyens, il faut bien que vous vous rendiez compte d’une chose, si cela fait plus de 40 ans que les mouvements sociaux alternatifs luttent et que le monde n’a fait qu’empirer depuis ces 40 ans, nous ne pouvons pas appeler cela un franc succès. Non, vous savez comment cela s’appelle mes chers amis ? UN ÉCHEC TOTAL.

Et la solution est très claire : il faut s’unir. Il faut se rassembler. Telle est l’unique alternative pour un monde alternatif.

Il faut bien comprendre, et c’est justement pour cette raison principale que le monde empire de jour en jour, qu’il faut mettre de côté nos ego et nos aspirations individualistes, pour mettre enfin en pratique notre rêve commun, notre vision commune : celle de changer le monde.

Seulement comme tout savoir et comme toute stratégie, il y a une différence entre nos connaissances et sa mise en action. Il ne tient qu’à nous d’être suffisamment fort pour croire, tout ensemble, en ce seul et même rêve.

Ce rêve est grand, il est unique. Mais je dirai même plus, il est partagé par l’ensemble des mouvements, associations, entreprises et partis qui œuvrent pour un nouveau monde. Seuls les détails et la manière de procéder changent en fin de compte. Mais nous rêvons tous d’une seule et même unique chose, vous savez : vivre dans un monde plus juste, plus collectif, moins individualiste, moins égoïste, moins inégalitaire et surtout plus heureux.

Mon ami Jacques Généreux affirme que le peuple n’est pas prêt encore pour un tel changement et qu’il faudra bien attendre entre 25 et 50 ans pour inverser la mécanique.

Il me semble, au contraire, que nous pouvons y arriver en seulement 5 années. Et si nous n’y arrivons pas aux élections de 2022, nous y arriverons de toute évidence pour celles de 2027. Cela ne fera que 10 ans tout au plus et non 25 ou 50. Mais à cette condition unique de s’y mettre dès maintenant et tous ensemble.

Finalement, le plus gros sera de rassembler toutes ces forces alternatives en un seul et unique mouvement et sous le gouvernail de quelques personnes seulement qui devront agir en tant que véritables leaders, inspirateurs, théoriciens, et hommes de paix responsables, pragmatiques, mais surtout rassembleurs et respectés.

Je sais cela peut paraître dur à entendre pour certains, mais l’Histoire humaine nous enseigne beaucoup de choses et s’il y a bien un enseignement essentiel pour notre lutte commune c’est le fait que la société s’est toujours construit, se construit toujours et se construira toujours autour de leaders inspirants, charismatiques, rassembleurs et respectés. Alors je sais certain d’entre nous ont peur que si nous donnions autant de pouvoir et de respect entre les mains d’un seul homme, il risquerait également de tomber sous les travers des hommes que nous voulons déloger.

Je suis conscient de cette difficulté et c’est une excellente remarque. Alors voilà ce que je vous propose. Et s’il n’était pas intéressant d’établir une collégiale du pouvoir ? Le nombre 12 a toujours été un nombre en or dans l’histoire humaine. Après tout, le nombre de 12 personnes appelées est un nombre qui me paraît sage. Et de dire que, finalement, le futur et grandiose mouvement ne prendra jamais de décisions si la grande majorité du conseil des 12 n’avait pas voté pour sa résolution. Cela permettrait ainsi à tous les leaders en devenir de ne pas trop prendre du poil de la bette et la grosse tête en étant seul tout en haut. Mais aussi d’avancer beaucoup plus vite que si nous devions écouter l’avis de tous les citoyens rassemblés. En voici un bon compromis, vous ne trouvez pas ?

Je vous jure que notre combat est sans espoir si nous ne mettons pas dès à présent toute notre force et notre énergie à nous rassembler. Tout commencera par là.

L’échec cuisant des 40 années de lutte depuis 1975 nous prouve bel et bien que nous sommes dans la mauvaise pense stratégique et qu’il faut vraiment repenser notre stratégie en ce sens. Et, d’un autre côté, la période actuelle est une formidable opportunité pour nous. Le mécontentement et l’engagement des citoyens toujours de plus en plus important ne pourront que nous faciliter le travail quand il s’agira de rassembler le plus grand nombre.

Mais, et c’est un grand, MAIS : les citoyens sont trop souvent déçus par la politique. Inutile de vous dire qu’il faudra absolument convaincre les citoyens actuels que nous n’avons absolument rien à voir avec le pouvoir politique en place depuis des décennies et qu’il peut avoir confiance non seulement pour aller de nouveau voter, mais également pour voter pour nous et le VÉRITABLE CHANGEMENT. Et non le CHANGEMENT DE M. FRANÇOIS HOLLANDE comme il l’avait si bien annoncé.

Oui, c’est bien ce qui constitue notre troisième étape : Convaincre non seulement les citoyens que le vote est encore utile et nécessaire aujourd’hui malgré toutes les déceptions précédentes, mais également les convaincre que nous incarnons ce changement et que nous sommes le début d’un nouveau monde plus juste, plus serein et plus heureux surtout.

Attention, je n’ai pas dit que c’était facile. Rien à cette échelle-là n’est facile. Après tout Rome ne s’est pas faîte en un jour. Mais je vous assure que c’est parfaitement possible, et cela même à l’issue de ces 10 prochaines années.

Seulement, il ne suffit pas d’attendre que les flèchent de la pendule défilent pour que le monde change subitement. Il faut passer dès à présent à l’action. Nous avons déjà la nouvelle stratégie à adopter en 3 étapes. Il ne tient qu’à nous de la mettre en place.

Je vous propose donc mes chers amis, mes chers lecteurs, d’agir tous ensemble pour le bonheur citoyen. Je ne peux que vous demander de contacter toutes les personnes engagées que vous connaissez, y compris les élus et, quel que soit leur importance dans la société, de les convaincre de se rassembler tous en une seule et même entité. Tel est le rouage principal sans lequel notre futur monde ne pourrait exister. Je ne peux que vous encourager à partager ce message avec le maximum de personnes que vous pouvez connaître, sans aucun ménagement. Notre réussite et l’avenir du monde ne dépendent que de deux seules choses : l’action et l’union.

Et un pour tous. Tous pour un !

PARCE QU’IL FAUT SE RASSEMBLER POUR MIEUX RÉGNER : AGISSONS ET UNISSONS-NOUS DÈS À PRÉSENT.

ABC : Agissons pour le Bonheur Citoyen

PS: Une petite photo que je trouve magnifique de sagesse et qui ne peut qu’appuyer cet appel au rassemblement.

ubunto-je-suis-parce-que-nous-sommes

#56 La négociation : LE cœur des futurs enjeux économiques, philosophiques et politiques de demain.

Lorsque j’écris et traite ces sujets, je peux parler parfois d’HD&HS. Alors qu’est-ce que la HD&HS exactement ? La HD&HS désigne littéralement la Haute Stratégie et la Haute Diplomatie.

Car je mets véritablement au cœur de mon système philosophique et politique la NÉGOCIATION. Pour moi, le salut de l’humanité passera nécessairement par la négociation. Si l’on pense qu’il est nécessaire de passer du paradigme LAI Liberté Argent Individualisme vers le paradigme ABC Altruisme Bonheur Citoyen, alors il sera à mon sens nécessaire de négocier.

C’est ce qui fait donc l’objet de notre nouveau mouvement politique ABC : Ascension vers le Bonheur Citoyen. ABC a pour but de trouver les clés de la négociation pour pouvoir basculer vers ce que j’appelle l’AUTRE MONDE, autrement dit un monde paradisiaque avant l’heure. Un monde dans lequel, importait plus le bonheur que l’argent. Un monde dans lequel apporterait plus de respecter l’autre que son propre plaisir personnel. Un monde dans lequel importait plus l’opinion des autres que sa propre opinion. Un monde finalement où l’on redonnera chance à l’amour. Un monde enfin où le collectif et l’altruisme seraient placés au cœur des débats et des valeurs à l’instar de l’égoïsme et de l’individualisme.

Souvent, mes proches trouvent mon idée vraiment belle, mais un peu trop idéaliste, même beaucoup trop. L’autre monde dont je parle leur semble tout simplement impossible à mettre en place.

Pourtant, je leur récite souvent la fameuse phrase de Mark Twain : Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait.

Et puis entre nous, qui aurait pu prédire l’invention de l’imprimerie de Gutenberg quelques années avant ? Qui aurait pu prédire que l’Homme marchait sur la Lune dix ans avant, en 1959 ? Qui aurait pu prédire l’utilité d’internet en 1985 ?

Pas grand monde. Souvent, on pense que parce qu’une idée est tout simplement beaucoup trop idéaliste, alors c’est qu’elle est impossible à réaliser.

Pourtant, je vous jure et vous promets que changer de paradigme ne sera pas plus compliqué que de marcher sur la Lune, que d’inventer l’imprimerie ou encore même Internet.

Le changement, c’est vraiment maintenant… et c’est possible !

Quelles sont donc les clefs pour négocier justement ? Quel va être le processus pour faire passer le monde d’un statut banal et individualiste à un statut heureux, altruiste et intéressée ?

Certains m’affirment que c’est dans la nature de l’être humain d’être individualiste et vénal. C’est là que j’essaye de démontrer le contraire.

En fait dans ma théorie, j’essaye d’expliquer qu’il y a deux types de population : la population dominante, en tout petit nombre, et la population dominée.

J’affirme même que tant que nous n’aurons pas bien saisi ce contexte, nous n’arriverons jamais à faire évoluer l’humanité.

J’essaye d’expliquer par exemple que la population dominante, par son pouvoir et sa richesse domine complètement les débats et que c’est parce qu’elle est tout particulièrement vénale et individualiste qu’elle est arrivée au pouvoir et qu’elle a réussi à amasser autant de richesses. Au contraire, la population dominée elle, n’est pas aussi vénale et individualiste. Sinon elle serait aussi riche et puissante que celle dominante. Cela prouve donc bel et bien une chose: cela prouve que le monde n’est pas fatalement LAI, absolument égocentré, individualiste et vénal. Cela prouve également que si la population dominée l’est un peu, c’est seulement parce que la population dominante inonde la société de ses propres valeurs individualistes, transformant la population dominée en une population individualiste et centrée sur l’argent et une liberté extrême.

Finalement : qu’est ce que j’essaye d’expliquer ?

J’essaye tout simplement d’expliquer que les vrais initiateurs et marionnettistes, ce sont bel et bien les individus de la population dominante et non ceux de la population dominée. Ainsi, si vous passez votre temps à essayer de convaincre la population dominée que l’autre monde est possible, cela ne servira jamais à rien. D’ailleurs, preuve en est que le monde est toujours le même. La réalité est que la vraie cible à convaincre est la population qui domine et oriente les valeurs et l’économie de demain, en d’autres termes : la population dominante.

D’où le principe de la Haute Diplomatie et Haute Stratégie qui implique une négociation avec la population dominante comme jamais il n’y en a eu auparavant.

Une chose est quasiment sûre cependant. Je suis intimement persuadé que si nous voulons en arriver jusque-là, le principal initiateur, investigateur de ces grandes négociations devrait être très haut placé s’il souhaite être un minimum crédible et que, par conséquent, s’il n’était pas élu à la plus haute fonction par la majorité des citoyens d’une grande puissance, alors ces négociations auront très peu de chances d’aboutir.

Encore faut-il donc, avant de vouloir convaincre la population dominante, que la population dominée partage également son point de vue et qu’il convainque préalablement la population dominée qu’il puisse être le meilleur pour de telles ambitions.

Qu’est-ce la grande négociation alors ? Et quels en seraient les grands principes ? Explications en 5# points :

#1 La HD&HS : Idéalisme radical ? Pourquoi aujourd’hui et pas avant ou après ?

Je ne souhaite pas parler d’idéalisme, mais d’espérance en un monde meilleur. Et c’est tout à fait réalisable. Nous n’avons jamais vécu dans un monde ou un changement radical n’a jamais été aussi proche. Il faut avant tout une bonne équipe, une bonne stratégie et une bonne communication et le tour est joué. Bon, vous vous en doutez, ce sera un peu plus complexe que cela, mais j’insiste sur le fait que nous sommes dans une époque ou c’est le moins impossible que jamais.

Je pense vraiment que la période actuelle est la période tout particulièrement propice pour que de jeunes comme nous puissent arriver à cette marche du pouvoir. Quand les citoyens s’apercevront que Macron, notre futur Président, n’est qu’un escroc de plus, ils finiront vite par comprendre que le changement ne se fera pas sans l’élection d’un jeune homme ou d’une jeune femme complètement radical(e) par rapport à tout ce que l’on a pu avoir auparavant.

#2 La Haute Stratégie et la Haute diplomatie : quel en est le concept ?

L’HD&HS est un concept pour résumer selon lequel pour changer le monde et revenir à un état de droit, de bonheur, de croissance et de prospérité, il faut négocier avec les plus puissants. Et surtout les convaincre avec des arguments en or. On ne fera pas passer les riches d’un monde individualiste et d’argent à un monde collectiviste et de bonheur si nous n’arrivons pas à prouver aux riches qu’ils ont eux-mêmes de bonnes raisons de le faire. Le mieux pour y arriver étant d’être soi-même à une très haute position sociale comme… Premier ministre ou Président.

HD&HS est un concept selon lequel ce sont les personnes qui ont le pouvoir qui ont réellement le pouvoir. Ça peut paraître tout bête et tout simple comme ça, mais c’est bien ce dont je parle. Et c’est d’autant plus paradoxal qu’aucune personnalité qui a voulu changer le monde n’a compris ça ! Ils passent tout leur temps à essayer de convaincre les gens normaux alors que ce sont les gens de pouvoir qu’il faut convaincre et avec qui négocier. Si vous passez votre temps à taper sur les riches, vous n’arrivez jamais à les convaincre et à changer le monde, car vous savez, que les citoyens le veuillent ou non, il faut bien comprendre que ceux qui peuvent changer le monde, ce ne sont pas les gens qui n’ont pas le pouvoir qui peuvent le faire, mais bien ceux qui ont le pouvoir qui le peuvent ! (à savoir la population dominante)

#3 La HD&HS : La durée  de la grande négociation ?

Je table sur des négociations pour changer le monde a raison de deux jours par semaine non-stop sur 5 années. Un calendrier à réfléchir et étudier plus en détail assurément. Deux jours par semaine étant à la fois peu, mais à la fois suffisants pour pouvoir préparer les futures joutes des négociations. Une joute par semaine soit un total de 260 joutes de deux jours chacune soit 520 jours de négociations en 5 ans. Ce qui est vraiment intéressant pour construire quelque chose de vraiment changeant et ouvrir une voie vers un tout nouveau paradigme .

#4 La HD&HS : Les acteurs de ces négociations ?

À la défense : Les hommes les plus puissants et les plus influents du monde. À savoir les 1000 plus grands hommes d’État et de gouvernement au monde. Les 2000 milliardaires. Et les 2000 plus grands chefs d’entreprise au monde.  Voilà à quoi ressemble à peu près la population dominante officielle. Sans compter les grands chefs de mafia certainement eux aussi intéressants pour de telles négociations, mais aurons-nous réellement le plaisir de pouvoir négocier avec eux ? Ce qui fait à peu près 5000 personnes. Je peux vous jurer que si nous arrivons à réunir tous ces hommes-là dans un même bâtiment pendant 520 jours, on aura déjà fait un grand pas vers l’autre monde. Bien sûr, inutile de vous dire qu’au niveau sécurité, “faudra pas déconner”.

À l’attaque : 5000 hommes et femmes également. Chaque négociant avec une personne de la défense et qui alterne tous les jours. Et “femmes” j’insiste bien sûr ce côté-là. Cela peut paraître raciste à ce niveau-là, mais si vous savez que 95% de la population dominante est masculine et qu’en face à la défense, il y a au moins 50% de femmes, alors… Il faut tout prendre en compte, tout ! Notamment le fait que les hommes de pouvoirs et d’argent sont extrêmement intéressés par les femmes. Et que, dans de telles négociations, il faudra tout mettre dans nos atouts.

Mais bon, à part le pourcentage d’hommes et de femmes à la défense, ce qui pour moi d’ailleurs, outre l’aspect psychologique, constituerait un grand progrès en soi, qui faut-il ?

Il faut bien sûr les grands psychiatres et psychologues et négociateurs pour négocier. Sans psychologie,on n’arrivera jamais à convaincre que le bonheur est plus important que l’argent.

Il faudra également des Hommes dont la répartie est au top. À savoir des grands orateurs, comme les plus éminents professeurs, politiques, businessmen, président des plus grandes ONG.

Pour ces négociations, j’insiste sur le fait qu’il ne faudra vraiment pas embaucher n’importe qui, mais de véritables spécialistes. Ça ne sert à rien d’avoir des hommes qui croient juste au projet ou qui en sont à l’origine. Il faut plus que cela, il faut convaincre et souvent les initiateurs ne savent pas convaincre comme on peut le remarquer.

La HD HS ou grande négociation, je le répète, c’est un art, et il faudra des initiateurs, des boss pour la plupart et puis des acteurs incontournables. Or, la plupart du temps, les meilleurs acteurs sont ceux qui ont la plus grande partie, la plus grande culture, la plus grande psychologie, et la meilleure manière de négocier et de convaincre, ce qui n’est en général pas souvent le cas des initiateurs de ces idées.

À votre avis quel est celui qui arrivera en premier à Paris de deux individus si l’un possède une Ferrari et s’il peut dépasser la vitesse légale et l’autre qui a une Peugeot 106 rouge ? Ce sera le Ferrari Man bien sûr à moins que le Peugeot Man trafique son moteur, mais ça, c’est une tout autre histoire. Je dis donc que , également pour les négociations, il faut s’entourer des meilleurs experts possible pas seulement en arguments, mais aussi en négociation. Ce qui est fondamentalement différent .

Il ne faut pas arriver la fleur au fusil en pleine négociation.

#5 La HD HS : Quelles commissions ?

Les 2 corps d’armée de l’attaque, car ils sont au nombre de deux, sont l’argent et le bonheur. En effet, si l’argent ne fait pas forcément le bonheur, l’argent peut le faire et c’est une théorie sur laquelle je souhaite beaucoup insister.

Nous n’arriverons jamais, en premier temps du moins, à convaincre la défense, si le procureur de l’attaque demandé à la défense de tout changer en y perdant 99% de sa fortune. Non ce n’est pas sérieux.

La commission de l’argent aura pour mission de convaincre les 2000 plus grands chefs d’entreprise et 2000 milliardaires essentiellement que l’autre monde pourrait leur rapporter à terme, autant d’argent voire plus d’argent que le monde actuel.

La commission du bonheur aura pour mission de convaincre tout le monde, l’ensemble de la défense donc, que le bonheur est la chose la plus importante de toutes.

Une fois, et une fois seulement que la commission de l’argent aura commencé à séduire et convaincre la défense que l’autre monde est plus dollarisé que le monde actuel alors la commission bonheur pourra entrer dans l’arène. Peut-être à la fin de la deuxième ou au début de la troisième année.

La commission bonheur devra conclure les négociations. Elle devra réussir à convaincre la défense qu’en fait, le bonheur est véritablement plus important et plus gratifiant et plus heureux que l’argent, en tout point de vue et que l’argent ne mène pas nécessairement au bonheur.

Bien sûr, je ne dis pas que la tâche sera facile, car la défense présentera les Hommes les plus intéressés par l’individualisme et par l’argent. Mais, pour ne pas revenir au point #1, je suis sûr que tout est possible aujourd’hui.

Une dernière chose. Je sais qu’il existe encore beaucoup de préjugés et de clichés sur la population dominante. Mais je vous assure que les riches n’ont aucune différence avec nous. Ils ne sont pas beaucoup plus intelligents ou moins intelligents que la population dominée. Ils ne sont pas beaucoup plus individualistes que nous. Et enfin ils ne sont pas plus “méchants ou sans âme” que nous pouvons l’être nous aussi. Ils sont exactement comme nous. Ils adoptent juste une stratégie différente d’où leur réussite. Mais je vous prie de croire que le monde peut véritablement évoluer et que les négociations vont vraiment être possibles, car les riches ne sont pas plus ou moins humains que nous et si on leur propose un sérieux DEAL : THE HAPPINESS DEAL, ils vont changer !

Pour que politique et économie riment å nouveau avec harmonie,

je vous propose finalement une Ascension vers le Bonheur Citoyen :

ABC

Adrien Jean Marquez-Velasco

Le pire échec du progressisme est le mariage : Le progressisme a tué l’amour.

Comme à mon habitude, je suis dans ma petite voiture rouge et je prends la route pour aller au cinéma. Je décide d’écouter la radio et me mets à écouter un peu toutes les chaînes jusqu’à ce que… j’entende le fameux, que dis-je, l’exceptionnel…

Raphaël Glucksmann !

Vous savez, le… petit protégé de radio France ? Le chef de file des mouvements progressistes en France et dans d’autres pays occidentaux également.

Et c’est là que je l’entends parler en mal des conservateurs. Que n’a-t-il pas dit pour me réveiller !

Il y a quelque chose que je souhaite que vous sachiez. Méfiez-vous de tout le monde. N’écoutez personne, pas même moi qui vous demande de le faire. Vérifiez, vérifiez toujours l’information dans le maximum de livres et d’articles internet que vous pouvez trouver si vous avez le temps. Et, s’il y a bien une seule chose sur laquelle vous pourrez toujours compter: ce sont les chiffres. Car les chiffres statistiques ne mentent jamais.

Mais, les chiffres, peut être que notre très cher Glucksmann s’en fiche. Oui, car les livres qu’il doit lire ne doivent manifestement pas beaucoup en comporter, ou alors n’y fait-il pas vraisemblablement attention.

Pourquoi dire que :

Le pire échec du progressisme est le mariage :

Le progressisme a tué l’amour.

Tout simplement parce que c’est ce que nous montrent les chiffres. Depuis 1945 et la naissance du progressisme extrême, les nombres de divorces, de femmes seules ou hommes seuls élevant leurs enfants, de suicides pour cause de difficultés relationnelles ou bien même de, violences, de viols et de meurtres passionnels ne font qu’augmenter tous les ans. À tel point qu’aujourd’hui un mariage sur 2 est voué à l’échec. À tel point qu’aujourd’hui près d’un adulte sur 2 est célibataire en France et dans beaucoup d’autres pays occidentaux. À tel point que divorcer une fois, deux fois, trois fois, cinq fois, sept fois se fait de plus en plus. À tel point qu’un enfant peut avoir vécu avec des dizaines de beaux-pères et de belles-mères différentes. À tel point que l’on en vient à tuer son mari violent ou sa femme parce qu’on n’en peut plus.

C’est ça que vous défendez « Mister Glucksmann » ? C’est cette “atrocité” que vous défendez quand vous vous attaquez aux conservateurs tous les jours, Mr Glucksmann ? C’est bien cette atrocité dans laquelle vous et tous vos amis progressistes au pouvoir nous avez mis que vous défendez ardemment ? Vous êtes sérieux ? Ou êtes-vous juste aveugle ?

Vous pensez sérieusement que le conservateur est juste un vieux grincheux ? Qui ne passe que son temps à se plaindre parce qu’il est trop rétrograde ?

Mais c’est mal connaître les conservateurs, Mr Glucksmann.

Les conservateurs sont justes des honnêtes gens qui sont effondrés de savoir qu’ils n’y arrivent plus tout seuls. Non seulement financièrement, car le paradigme économique keynésien a disparu et a laissé place au paradigme néolibéral grâce auxquels de plus en plus de gens sont à la rue, meurent de faim, sont au chômage, sont ruinés et se suicident…

Le conservateur Mr Glucksmann, c’est tout simplement le pauvre parent seul qui n’arrive plus à élever son enfant parce qu’il est seul justement, et qu’un enfant, il s’éduque très difficilement tout seul.

Le conservateur c’est celui qui est découragé, car il n’arrive plus à éduquer son enfant, car son enfant ne sait plus ce qu’est le respect.

Le conservateur c’est celui qui est triste, car il ne peut plus parler à son voisin, car tout le monde se cache derrière sa fenêtre ou sa porte désormais.

Le conservateur c’est celui qui est triste à chaque fois qu’il a un problème et que personne ne prend la peine de l’aider.

Le conservateur c’est cette très jolie femme que je vois pleurer parmi tant d’autres dans la rue tous les ans, que tout le monde voit pleurer et que personne ne vient demander en aide de quelque manière que ce soit.

Le conservateur c’est le pauvre SDF qui gèle de froid la nuit et que personne ne vient en aide, car après tout c’est son problème s’il est à la rue.

Le conservateur c’est le réfugié qui ne demande qu’à trouver du travail dans un pays riche, mais qui se retrouve à la rue avec toute sa famille dans une situation encore plus catastrophique que dans son pays pauvre, car les très jolies nouvelles valeurs du néolibéralisme n’en ont rien à faire de sa vie.

Le conservateur, c’est cet homme et cette femme triste qui aurait pu se rencontrer, qui auraient pu vivre ensemble, mais que la société progressiste a séparés, car c’est une société de lutte qui sépare les hommes des femmes.

Le conservateur c’est cet homme qui doit accepter le divorce, car sa femme, après seulement 4 mois de conflits avec le père de ses enfants, a préféré mettre fin à tout plutôt que d’essayer de s’accrocher et faire des efforts qu’on nous dit inutiles de faire aujourd’hui dans cette société progressiste. On nous dit inutiles de faire, car après tout, oui, l’homme est trop différent de la femme et ils ne sont en fait pas faits pour vivre ensemble. La société progressiste nous enseigne aussi que l’homme est un sale égoïste, violent et macho et qu’il vaut mieux vivre sa vie éternellement seule et sans enfants plutôt que d’oser se marier avec un tel phénomène. La société progressiste nous dit que le mariage n’en vaut pas la peine. La société progressiste nous dit que le mariage éternel n’existait que parce que nous vivions seulement 30 ans et qu’aujourd’hui il est normal de se marier avec 5 conjoints différents dans sa vie.  

Oui c’est bien connu, le mariage c’est du passé, après tout, il n’y a plus aucune raison de faire la fête si celle-ci doit se terminer juste après.

Le conservateur, enfin, Mr Glucksmann, c’est cette femme, mariée à un homme depuis quelques années, qui souffre aujourd’hui, car, elle s’est fait remplacer très vite par une autre femme, peut être un peu plus connue. Une autre femme que son mari a eu le loisir de côtoyer en profondeur alors qu’il était encore avec elle.

Le conservateur Mr Glucksmann, voyez-vous, c’est un humain, comme vous et moi, comme votre ex-femme et moi, comme tant de personnes en détresse et qui souffre de constater que l’évolution du monde dans lequel on vit est catastrophique.

Le conservateur, c’est, finalement, une grande partie de la population française. Le Français ne se plaint pas par pur hasard et vous devriez en tenir compte Mr Glucksmann, le conservateur c’est la plupart du temps cet homme ou cette femme ou cet enfant, blessé, dans son amour-propre, blessé physiquement, mentalement ou intellectuellement, car le monde est dur aujourd’hui, très dur.

Le conservateur est cet homme qui appréciait auparavant les valeurs d’un autre monde, beaucoup plus courageux, beaucoup plus généreux, beaucoup plus fraternel, beaucoup plus amoureux, beaucoup plus humain, bref, en fait, beaucoup plus moderne que le monde d’aujourd’hui.

Le conservateur est partout Mr Glucksmann, et, si seulement vous étiez honnête, au lieu de critiquer la majorité des gens autour de vous, vous admettrez que le monde contre lequel vous luttez tous les jours, ce monde conservateur, est peut-être le monde de demain, est peut-être le meilleur monde. Si vous étiez honnête, vous pourriez peut-être reconnaître que le monde progressiste que vous défendez avec tant de hargne est en fait un monde de haine, de déclin et de désespoir.

Le conservateur, après tout, est un humaniste qui n’aspire qu’à aimer son prochain et qu’à être heureux.

Le pire échec du progressisme Mr Glucksmann, est l’échec du mariage et de l’amour.

Si une société, qui se veut plus libre, plus juste, plus égalitaire et plus heureuse comme vous le défendez si bien, Mr Glucksmann, est en fait une société où les gens se plaignent de plus en plus, est en fait une société où il y a de plus en plus de gens qui sont dans le désespoir et dans la détresse. Si une société est une société ou même, dans celle-ci, l’amour n’existe plus, car elle passe son temps à établir une barrière entre les uns et les autres, entre les hommes et les femmes, entre les croyants et non-croyants, entre les riches et les pauvres, alors, Mr Glucksmann, j’ai une question à vous poser :

Vous, qui êtes progressiste, qui luttez pour défendre cette société et qui insultez de façon très noble certes, mais qui insultez quand même les conservateurs, vous qui êtes progressiste Mr Glucksmann,

OÙ VOYEZ-VOUS LE PROGRÈS DANS LA SOCIÉTÉ QUE VOUS DÉFENDEZ ?

Si c’est dans la façon dont elle a tué l’amour, alors permettez-moi de douter de vos valeurs. Mais peut-être que vous, le mariage éternel, cela fait très longtemps que vous avez laissé tomber cette idée puisque le vôtre n’a même pas tenu cinq ans…

———

Il y a une chose, en dehors de toute critique que je voudrais dire à tout le monde.

Pourquoi le progressisme a tué l’amour et le mariage ? Il l’a tué non parce que l’homme et la femme ne sont pas compatibles, car cela fait partie d’arguments manipulateurs qui est le plus gros mensonge de toute la Terre et qui est à l’origine de la destruction de l’amour. Il l’a tué, car, au lieu d’essayer d’avoir tenté l’approche diplomatique entre l’homme et la femme, notre société progressiste a tout fait pour opposer l’homme à la femme et pour y faire naître une lutte fatale entre nos deux sexes.

On ne peut pas aimer dans une lutte Mr Glucksmann. Et cette lutte, elle est progressiste.

Si vous tenez tant au progrès Mister Glucksmann, et si vous tenez vraiment à ce que les hommes et les femmes vivent à nouveau ensemble épanouis et non séparés ou seuls toute leur vie, je vous conseillerai de faire usage de votre pouvoir d’influence pour rassembler l’homme  et la femme plutôt que de les opposer. Je vous conseillerai également d’écouter les gens qui sont dans le malheur et la détresse, qui se plaignent souvent et d’admettre que, s’ils sont ainsi, ce n’est pas seulement à cause du néolibéralisme, mais bien aussi à cause du progrès, de ce fameux progrès, que vous aspirez tant à imposer tout autour de vous.

Si j’ai écrit cet article, c’est que je suis profondément choqué de voir tous mes amis conservateurs et tous les gens dans la vie de tous les jours qui ne sont jamais écoutés, tout ça simplement parce que d’illustres progressistes utopistes ont le pouvoir et ont fait de ce monde un monde chaotique. Le conservateur n’est pas le vilain petit canard, bien au contraire, c’est avant tout celui qui souhaite oeuvrer pour un monde meilleur et non un monde actuel des plus pires… Je souhaite sincèrement que les progressistes se remettent en question et admettent une bonne fois pour toutes qu’il est nécessaire de penser à d’autres paradigmes que de celui du progressisme qui tend bien plus à dénuder les gens de toutes leurs valeurs et de tous leurs biens plutôt que le contraire dont il se sent si exemplaire.

N’oubliez jamais : sauver le monde est encore possible. Et c’est maintenant.

LEC : Liberté – Évolution – Conservation

RÉUNION DE CRÉATION LEC SEMAINE 1 À TOULOUSE

Bonjour à toutes et à tous.

 

De formation économiste et gestionnaire à l’école d’économie de Toulouse et travaillant dans le milieu de la santé sociale et du développement durable, je suis par ailleurs écrivain et blogueur depuis 3 ans. J’ai donc une certaine expérience et sensibilité du milieu social, du travail, du milieu populaire et du système économique.

Ayant pu analyser le programme économique et la perspicacité politique d’une majorité des élus, je me suis rendu compte que la plupart d’entre eux manquent réellement de volonté politique ainsi que d’une stratégie révolutionnaire pour faire évoluer le monde dans une tout autre direction, c’est-à-dire profitable à tous et visant le bonheur de tout un chacun. Pourquoi donc nos politiques ne parlent jamais de bonheur en politique ? Ne savent-ils donc pas ce que cela signifie ou cela n’est-il pas dans leur priorité ? Aussi, pourquoi donc continuer à ne pas être honnête et à vanter les politiques économiques néolibérales alors que nous avons les preuves qu’elles constituent un échec total depuis plus de 35 années ? L’économie ne vous parle peut-être pas beaucoup, pourtant elle est à la base même du fondement de nos sociétés et si le monde évolue de façon grâce aujourd’hui, c’est que nos élus votent des coupes budgétaires et suppriment de plus en plus tout ce qui est bénéfique pour la société au nom sacré de la dette publique, dette publique elle-même fruit de la création néolibérale…

 

Je souhaite à cet effet lancer un nouveau mouvement politique à Toulouse dans les mois à venir et dont je serai le président fondateur, car je m’estime plus que concerné et passionné par ce devoir qui est de faire de nos sociétés, pas seulement la France, mais d’en faire profiter le reste du monde, y compris les pays pauvres, qui est de faire de nos sociétés un monde collectif et agréable, de paix et de bonheur ou tout le monde travaillait ensemble.

 

Le Mouvement s’intitule LEC : Liberté-Evolution-Conservation.

 

Si vous aussi êtes passionné de la politique, de l’économie et êtes humaniste et non-fataliste, et que vous souhaitez œuvrer pour un monde meilleur et vraiment différent, alors ce mouvement est fait pour vous.

 

_____________________________________________________

 

Attention, il n’est bien sûr pas nécessaire que vous adhériez à toutes les idées de LEC, mais il faudrait au minimum en partager quelques-unes, du moins les principales idées, car cette réunion de création n’a pas pour objet le débat des thèses avancées, mais la constitution des ténors du mouvement et de ses partisans volontaires. Le site que voici  est à consulter :

 

https://grandrassemblement.wordpress.com/

 

1/ Les principales idées partagées sont la défense du couple et de l’amour face à la montée des difficultés des relations entre l’homme et la femme, la défense du collectivisme et de l’humanisme face à l’individualisme.

 

2/ La croyance en un Dieu créateur et porteur de bonnes valeurs de paix et de bonheur face à un monde qui, en oubliant les valeurs de la religion, a fini par oublier les belles valeurs qui ont fondé l’humanité, notamment celles du bien vivre ensemble, d’humanisme, du respect de la nature et de l’environnement.

 

3/ La remise en cause d’un progressisme extrémiste.

 

4/ LEC touche parfois par son esprit anticonformiste, car baigné d’une volonté profondément révolutionnaire, mais dans le bon sens du terme et de façon pragmatique et non utopiste.

 

5/ LEC remet également en cause la volonté d’atteindre une liberté à toute épreuve et a tendance extrémiste au point de vouloir toujours tout, tout de suite, n’importe comment, ou l’on veut, et quand nous le voulons. Nous pensons en effet que cela est contraire à une idée du bien-être humain collectif et humaniste.

 

6/LEC est enfin la remise en cause totale des politiques économiques complètement inefficaces depuis 1980 qui ne font que faire baisser la croissance, les richesses, les salaires et augmenter de façon drastique le chômage et la pauvreté pour donner encore plus de poids et de pouvoir aux grandes entreprises.

 

7/ Néanmoins, LEC ne se veut absolument pas une guerre contre les puissants de ce monde. LEC a pour mission LA HAUTE STRATÉGIE DIPLOMATIQUE ET POLITIQUE POUR LE BONHEUR DE TOUT UN CHACUN ! Nous pensons en effet qu’une négociation est possible avec les grands de ce monde et qu’elle sera à même de pouvoir changer le monde entier.

 

8/ Enfin LEC veut œuvrer pour un monde du développement durable et souhaite s’orienter dans une remise en cause de l’utilisation actuelle des animaux et des matières premières naturelles pour faire de notre environnement un réel endroit de paix et de longévité.

 

__________________________________________________

 

Au programme : la présentation de chacun des présents, de son fondateur, la présentation de LEC, de ses thématiques, de ses problématiques, réponses aux questions de tous, suggestions des présents et prévision d’une nouvelle réunion de création en semaine 2. La réunion pourra un peu déborder sur les horaires prévus, mais libre à chacun de partir s’il ne se sent plus concerné.

 

____________________________________________________

 

Merci pour votre lecture.

 

Au plaisir d’y rencontrer ma future équipe. « À plusieurs, tout est possible ! »

 

Rdv le samedi 7 janvier a 17h au café Saint-Sernin place saint Sernin 31000 Toulouse.

 

Ne l’oubliez jamais : sauver le monde est encore possible.

 

Adrien Jean Marquez-Velasco

 

PS: Les places seront limitées, car nous privilégions la qualité à la quantité des premiers membres.

La HAUTE LUTTE entre les femmes et les hommes

abc-wordpress

Depuis la fin de la guerre en 1945, inutile de vous rappeler que la condition de la femme a considérablement évolué en Occident. Le droit de vote des femmes, la pilule , le droit à l’avortement, le droit de divorcer, la participation des femmes dans la famille politique, dans les métiers distingués, dans les directions de grandes associations, de grandes entreprises ne sont que les quelques exemples que je pourrais donner parmi tant d’autres.

Pourtant, malgré cette magnifique révolution féminine dont nous sommes spectateurs nous hommes… quelque chose m’interpelle : La mauvaise entente croissante et démesurée entre femmes et hommes.

J’ai l’impression qu’est né un phénomène croissant et nocif pour le bien-être et le bonheur de la société ces dernières années : la montée du féminisme extrémiste.

Je ne parle pas du féminisme qui tend à lutter pour l’égalité des droits de la femme par rapport à l’homme. Je parle du féminisme qui sous-entend qu’au mieux, la femme n’a pas besoin de l’homme pour vivre, qu’au pire, l’homme est l’ennemi numéro un de la femme.

Ce féminisme extrémiste vous fait peut-être rire, mais c’est un féminisme dont sont de plus en plus adeptes les femmes occidentales d’aujourd’hui.

“Mais qu’est-ce qui te dérange là-dedans Adrien ? C’est bien que les femmes se rebellent non ? Il faut qu’elles luttent pour leurs droits et pour ne plus souffrir et se faire manipuler !” est le genre d’arguments que j’entends souvent en effet.

C’est le mot “LUTTE” qui m’inquiète de plus en plus. Or, de plus en plus de femmes, sans le savoir et sans le vouloir, adoptent et digèrent inconsciemment cette lutte féministe extrémiste.

La première conséquence, elle est évidente : Une difficulté croissante dans le maintien des relations hommes-femmes, dans les rapports hommes-femmes tout court.

Je m’explique, autrefois les femmes, apparemment “souffraient toutes dans le couple et subissent la relation”. Bon je me demande dans quelle mesure, dans quel pourcentage cela se vérifiait. Mais ce qui m’inquiète surtout c’est qu’aujourd’hui, la femme ne cherche plus à s’embêter. Au lieu de tenir bon et de rester en couple avec son homme, elle va décider beaucoup plus facilement de mettre fin à sa relation quitte à rester célibataire toute sa vie ou à élever seule son enfant jusqu’à la fin de sa majorité…

Ce qui m’effraie aussi beaucoup de la bouche des femmes, c’est cette phrase :

“Vaut mieux rester seule que mal accompagnée.”…

Mais qu’est-ce que cela signifie en réalité cette phrase ? Cette phrase est extrêmement lourde de sens. Elle signifie en réalité qu’aujourd’hui la femme ne souhaite plus du tout s’engager parce que de toute façon elle pense que la plupart des hommes sont de mauvais accompagnateurs.

D’où le nombre de célibataires, de divorces et de femmes parentes seules qui explose !

Les femmes sont « souvent déçues » me disent-elles très souvent. Mais en réalité , je pense que les relations hommes-femmes sont biaisées et que la part de l’industrie cinématographique et audiovisuelle n’y est pas du tout étrangère. Au contraire, le cinéma et les séries ne font que vendre une image tout à fait erronée des relations hommes-femmes, même en 2016 ! Le prince charmant, je suis désolé de le rappeler, je suis désolé, mais n’existe pas et n’existera jamais… ni la princesse charmante.

Or les hommes et les femmes, on a l’impression ont de plus en plus de mal à penser le contraire tant ces contenues audiovisuelles sont à mon avis un peu trop pris au sérieux même inconsciemment…

Et puis, se marier en 1h30, vous pensez vraiment que c’est sérieux vous ?!  Malgré toute l’estime que j’ai pour le cinéma, le monde n’est pas un film, ce n’est pas du cinéma : les princes et princesses charmants n’existent pas !

La réalité est que je voudrais bien savoir pourquoi est née cette fâcheuse tendance à liguer les hommes contre les femmes depuis 1945 ? Qui est derrière tout ça ?

Je ne sais pas s’il y a vraiment des têtes ou si cela est venu naturellement inconsciemment suite à l’émancipation féminine naissante du XXe siècle, mais il faut absolument que cela cesse !

Si le monde souhaite retrouver un bonheur et la paix qui est le sien, il faut de toute urgence que le féminisme extrême cesse et que l’on reparte à nouveau sur des bases légères. Oui, Mesdames, on continue à vous dominer parfois, à vous faire souffrir aussi, à vous battre malheureusement, a et vous négliger aussi souvent, mais, s’il vous plaît, soyez consciente que vous pouvez défendre vos droits tout autrement que par l’insulte et la remise en cause totale du couple de la première moitié du XXe siècle.

Avant, entre 1900 et 1945, toutes les femmes qui étaient en couple n’étaient pas toutes heureuses, mais enfin… entre 2000 et 2017 plus aucune femme n’est heureuse tout simplement, car il n’y a plus aucun couple ou que les femmes qui sont en couple ont parfois du  mal a tolérer le défaut masculin de telle façon que la vie de couple n’est qu’un manifeste de disputes…

Attention, Mesdames, je ne souhaite pas que vous renonciez à vos droits. Bien au contraire je suis pour l’égalité ! Je suis d’ailleurs un pratiquant chrétien qui est pour le mariage homosexuel et qui le comprenne. Je suis pour l’égalité des droits entre l’homme et la femme, mais… je suis aussi pour le BONHEUR et L’AMOUR.

Or, la façon dont est menée la lutte, le combat de l’émancipation féminine n’est pas du tout à l’avantage de ces deux notions clés et c’est tout le problème

Je ne pense pas que les premières féministes tenaient tant à détruire le couple et la relation même d’amour. Je pense qu’elles ont toutes lutté pour un mieux-être dans le couple et dans leur relation professionnelle. Mais elles n’auraient jamais lutté pour détruire le couple.

Le féminisme et l’émancipation féminine ne doivent pas être une lutte entre l’homme et la femme, mais une évolution sociale dans laquelle l’homme se doit d’aider la femme et dans laquelle la femme se doit de reconnaître que des progrès sont là, mais que, le patriarcat étant bien enraciné dans nos sociétés, il est utopique que de croire que tout va changer du jour au lendemain et qu’il faut laisser du temps au temps. Femmes, soyez plus intelligentes que les hommes, soyez tolérantes et en paix, car, si vous ne l’êtes pas, la société ne peut que se détruire et n’être que victime d’une guerre des sexes. La société n’a pas besoin de cela. La société a besoin de paix entre l’homme et la femme pour que tout un chacun retrouve le bonheur, autant les femmes que les hommes.

Je peux vous jurer que la société progressera beaucoup plus vite en paix, et que les hommes reculeront beaucoup plus sur leur domination et travailleront à plus d’égalité hommes-femmes si nous évitions le plus possible de nous faire la guerre. Privilégions la HAUTE DIPLOMATIE entre nos deux sexes à la HAUTE LUTTE DES SEXES.

Vous avez les cartes en main.

À bon entendeur,

Adrien Jean Marquez-Velasco

PS: J’ai bien conscience que la montée du féminisme extrémiste n’est pas la seule à l’origine de la destruction du couple, du nombre toujours croissant de divorces et de parents seuls, et enfin du nombre de célibataires et de suicides sentimentaux. Néanmoins, j’ai des raisons de croire qu’il en est à l’origine par au moins 50% de part. En effet le féminisme extrême, grâce à  l’industrie cinématographique, audiovisuelle, les médias, les intellectuel(le)s et internet sont autant d’outils pragmatiques, efficaces et utiles pour cette “LUTTE” qui ne devrait pas en être.

Modele Photo : Charlotte Couleau

Liberté – Evolution – Conservation : La charte des 10 valeurs

alfredo-caravaggio-par-adrien-marquez-velasco

Aujourd’hui, nous assistons à une crise globale sur les quatre coins du globe. Crise économique il y a, mais également politique, morale, de valeurs, identitaire, sociale, culturelle, psychologique, humaine, religieuse, fraternelle, sexuelle, amoureuse, scientifique, etc.

Nous ne pouvons plus faire comme si de rien n’était. Nous sommes en tout point semblables aux conditionnements de l’avant seconde guerre mondiale. Si nous ne voulons pas que le monde s’enlise dans des conflits encore plus atroces, il est de notre responsabilité de faire évoluer les choses et ce, de façon draconienne, et non juste avec de petites étincelles comme le supposent 99 % des élites ou autres politiques.

Je vous propose ici de lire les valeurs dans lesquelles je me sens proche, mais aussi et surtout les valeurs sans lesquelles notre société ne saurait rester stable.

Voici, pour commencer, la charte des 10 commandements, celle en laquelle je pense que toute société devrait croire.

1 : Je suis un humain semblable à des milliards d’autres et je me dois de respecter mes frères et sœurs, quelles que soient leurs différences dans leurs couleurs de peau, leurs religions, leurs physiques, leurs sexes, leurs psychologies, leurs langues, leurs ethnies, leurs us et coutumes et leur intelligence.

2 : Je ne ferai pas de mal à mes semblables psychologiquement ou physiquement.

3 : Je me dois de me cultiver et de m’instruire pour comprendre et résonner dans un monde en pleine mutation où certaines élites tentent de me manipuler et de faire de cette société un enfer.

4 : Je comprends que le capitalisme-libéralisme est un système qui a beaucoup apporté aux sociétés par le passé, mais qui arrive désormais à ses limites et qu’il est temps de penser à un nouveau système d’échanges interpays, de consommation et d’investissement. Je pense également qu’il est temps de renégocier les dettes des États sans lesquelles il ne pourrait éviter de s’effondrer.

5 : Je comprends que la valeur de la liberté absolue vers laquelle tendent nos sociétés est un leurre et qu’il détourne les individus du droit chemin. Ce sont dans les contraintes que nous pouvons retrouver la liberté. Il n’est pas souhaitable de rendre possible tout et par tous.

6 : Je comprends que l’égalité est un leurre et qu’il ne faut pas chercher à rendre égaux les individus, mais à les valoriser distinctement selon leurs aptitudes et qualités mentale, physique et psychologique.

7 : Je sais que l’immigration est un sujet délicat, que dans une certaine mesure un pays riche peut accueillir une minorité de migrants et qu’il en a toujours été ainsi. Mais je sais aussi qu’un pays, si riche soit-il, n’en demeure pas moins limité et ne peut pas accueillir le monde entier.

8 : Je crois que l’Europe est un très beau projet, mais qu’en l’état actuel il est évident qu’il est corrompu en grande partie et qu’il ne sert qu’à une minorité d’individus et d’entreprises. Il s’agit donc de la réformer en profondeur, de favoriser son aspect démocratique et universel et d’exclure les pays trop différents des pays fondateurs.

9 : Je crois en les relations hommes-femmes plus que tout et je souhaite rendre à nouveau possible l’amour et l’amitié. Aujourd’hui nous avons peur de parler à notre voisin dans beaucoup de sociétés. Il s’agit de refaire confiance à mes frères et sœurs voisins et voisines pour reconstruire la société et d’étudier toutes les possibilités pour. De même, il n’est pas normal que chaque année il y ait de plus en plus de célibataires et de séparations qui détruisent les individus en profondeur. Je crois en un monde à nouveau rempli d’amour et je ferai tout pour que les relations hommes-femmes se rééquilibrent comme avant.

10 : Pour finir je sais que l’Univers n’est pas simplement apparu suite à l’explosion d’un grain de poussière innocent. Je reconnais bien que, malgré toute l’énergie des scientifiques et des élites à prouver que Dieu n’existe pas, il est assez évident que l’Univers ne s’est pas créé de lui-même, mais bien par une force inconnue et que cette force, de quelque manière qu’elle soit, ne peut être que ce que nous appelions auparavant Dieu. Je sais bien évidemment que le but des élites est de nous éloigner les uns des autres, de nous faire baigner dans le vice, dans la confusion et dans la dépression et que c’est bien plus facile d’arriver à ce résultat quand on prouve par des manières très discutables que les prophètes et des hommes bons n’ont pas existé. Il est donc normal qu’ainsi les valeurs avancées de respect, de tolérance, de maîtrise de soi-même, d’amour, de solidarité, de fraternité et de miséricorde tombent dans l’oubli et ne soient plus considérées par le peuple, mais rejetées et réfutées à leurs dépens.